fraude marketing digital

Posons la première pierre…

Christophe Bosquet Point de vue Leave a Comment

Temps de lecture : 3 minutes

Préface du Livre blanc « Fraude, le côté obscur du Marketing Digital » publiée par le CPA (Collectif de la Performance & de l’Acquisition) et rédigée par Christophe Bosquet, co-fondateur d’Effinity et Président du Collège Technologies Marketing du CPA.

La fraude est le propre de l’homme ! Elle est, en effet, présente dans toutes les activités humaines. Le sport, la politique, les jeux de hasard, la finance, le monde des affaires, etc. Partout où il existe des règles et un gain potentiel, il existe des personnes ou des organisations qui tentent de contourner ces règles à leur avantage pour s’attribuer une part des gains. Si tricher, n’est pas jouer, frauder, c’est souvent gagner ! Alors faut-il s’étonner, que le digital, un univers en pleine croissance, qui attirent de plus en plus d’annonceurs et d’investissements, soit, lui-aussi, victime des fraudeurs ? Assurément pas. La fraude est le mauvais revers de la médaille du succès !

Il semble aussi important de rappeler que le contexte général du monde des affaires n’est pas sans influence sur la fraude. La culture du résultat (au détriment de l’analyse des moyens), la pression permanente pour faire baisser les tarifs (on ne touche pas les femmes enceintes à un euro du CPM), la déshumanisation des relations, etc. sont autant d’incitations qui favorisent la fraude. A l’évidence, aucun secteur d’activité n’a réussi à éliminer complètement et définitivement la fraude. Dès que l’on ferme une brèche, une autre s’ouvre. Et le digital n’y parviendra pas non plus.

Cela dit, il est indispensable de combattre la fraude fermement, pour la faire diminuer, bien sûr, mais aussi pour « sauver l’honneur » de la profession. Tous les sportifs ne sont pas dopés, tous les politiques ne sont pas « pourris », tous les acteurs du digital ne sont pas des fraudeurs ! C’est un travail quotidien et chacun dans la chaîne du digital (annonceurs, agences, éditeurs, prestataires divers, etc.) doit s’y atteler en se remettant en question, en analysant ses pratiques, etc. Souvent, la fraude nait de règles imprécises qui laissent une marge de manœuvre aux fraudeurs : un contrat qui ne précise pas suffisamment les livrables, une organisation qui ne différencie pas ceux qui contrôlent de ceux qui achètent, etc. Cela permettra, si ce n’est d’éliminer la fraude, en tous cas de la différencier des mauvaises pratiques. Et il est absolument nécessaire de réaliser cette différenciation, pour que l’essentiel de nos efforts pour lutter contre la fraude se dirigent vers les bonnes cibles.

C’est la raison pour laquelle le CPA a choisi de dédier ce livre blanc exclusivement aux techniques de fraude. Pour que chacun puisse clairement identifier les zones de faiblesse à surveiller. Comme vous pourrez le lire, des solutions existent pour limiter la fraude. Elles sont souvent issues du bon sens et pas si compliquées à mettre en place.

A l’heure où tous (médias, annonceurs, etc.) semblent découvrir et s’étonner que la fraude existe dans le digital, il nous a paru important d’apporter des éléments tangibles et rationnels sur le sujet. L’enquête que nous avons menée auprès des annonceurs et agences sur la fraude dans le Display va dans ce sens.

Nous souhaitons donc que ce livre blanc vous permette de comprendre les systèmes de fraude pour vous en prémunir au mieux dans votre activité. Ce n’est certes pas la construction d’un mur hermétique à la fraude, mais une pierre fondatrice qu’il nous a semblé nécessaire de poser.

 

Pour télécharger le livre blanc Fraude, le côté obscur du marketing digital

Christophe Bosquet et co-fondateur d’Effinity. Il est également Président du Collège Technologies Marketing du CPA (Collectif de la performance et de l’acquisition).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *