points clés mailing affiliation

Les 10 points clés d’un emailing d’acquisition

Estelle Bertout Annonceurs, Mailing Leave a Comment

Temps de lecture : 3 minutes
Public : annonceurs // Difficulté : moyen.

L’email reste un canal efficace en acquisition s’il est employé à bon escient. Il est d’ailleurs encore le canal préféré des internautes pour interagir avec les marques (selon la 11ème édition de l’étude EMA – Email Marketing Attitude BtoC du Sncd), mais aussi un vecteur de vente puisque 76% des personnes affirment avoir déjà acheté un produit ou service après avoir cliqué sur un lien d’une « newsletter » (selon la même étude).

Pourtant, on constate qu’il est souvent délaissé voire non proposé sur certains programmes. Les raisons sont variées : le modèle de rémunération n’est pas adapté, crainte de routages massifs et non maîtrisés, etc. Celle qui nous surprend le plus est liée à la création de l’email au format html en lui-même. Les annonceurs ne sont pas toujours à l’aise dans cet exercice, souvent davantage préoccupé par la création de leur newsletter pour accroître la fidélité de leurs clients.

Par ces quelques lignes nous espérons contribuer à lever ce frein en dressant une checklist pratique des 10 points importants pour construire un kit emailing d’acquisition :

  •  1 – L’offre

En acquisition il y a de fortes chances que les internautes qui sont exposés à votre message, vous connaissent peu voire pas du tout. Et généralement ils vont consacrer moins de temps à la lecture de celui-ci. Veillez donc à être clair et concis et surtout proposez une offre attractive qui leur donnera envie de cliquer.

  •  2 – Email responsive or not ?

Il est interdit de douter…  61% des internautes lisent leurs emails sur un smartphone donc vous l’avez compris : responsive bien sûr !

  •  3 – Quelle est la taille idéale ?

600 pixels de large surtout si votre cible est mobile addict, au-delà l’organisation de votre email sera compromise. S’agissant de la longueur, le plus court sera le mieux.

  •  4 – N’abusez point des images et privilégiez le texte.

J’en profite pour souligner que par texte il faut comprendre format texte… du texte sur une image reste une image.  Le bon rapport est à minima 60% texte / 40% images.

  •  5 – Le code html doit être le plus simple possible.

Flash, iframe et javascript sont à bannir et les dernières tendances en matière de code, type html 5, sont à éviter. Simplicité qui devrait vous aider à obtenir un fichier html inférieur à 100 ko (texte + images), une condition à respecter pour ne pas dégrader votre délivrabilité.

  •  6 – La mise en page.

Il est recommandé d’utiliser des tableaux. Pour structurer vos textes et images, privilégiez donc les balises <table> <tr> et <td> à la place des Div.

  •  7 – Évitez certaines balises.

Certaines balises sont à oublier, comme tbodyet rawspan. La première est néfaste pour la « délivrabilité », la seconde, n’est pas lue par tous les clients mail.   

  •  8 – Les images.

Quelques attentions particulières à apporter aux images dont l’affichage peut être bloqué dans certains webmails :

  • Pour l’éviter, utilisez un texte alternatif grâce à l’attribut alt.
  • Quel format utiliser ? JPG pour les photos et Gif pour les autres images (on exclut les images en GIF transparentes).
  • Concernant les images de fond, elles sont fortement déconseillées car elles ne s’affichent pas avec tous les clients de messagerie. Si vous n’avez pas d’autre choix, pensez à définir une couleur de fond
  •  9 – Le style.

Limitez les effets de style notamment du côté des polices car de nombreuses ne sont pas gérées par certaines messageries. Il faudra donc vous contenter des polices suivantes : Arial, Arial Black, Comic Sans MS, Courier New, Georgia, Impact, Times New Roman, Trebuchet MS, Verdana.

  • 10 – Gestion des feuilles de style.

Elles sont encore mal interprétées, surtout si elles sont placées dans la balise head. C’est pourquoi vous devrez insérer votre CSS en inline, et ce même si c’est plus fastidieux. Aussi, utilisez le style longhand CSS, les shortlands n’étant pas compris par tous les clients mail.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais respecter ces 10 points vous permettra de proposer aux affiliés un support de diffusion efficace.

Quoiqu’il en soit notre dernier conseil est de vérifier le bon affichage de votre email dans les différents clients de messagerie. Pour ce faire, Effinity met à disposition un outil très utile, accessible depuis votre compte annonceur. Contactez votre Account Manager pour l’activer.

Estelle, Head of Montpellier Agency, est une experte de l’affiliation et accompagne les clients dans leur stratégie d’acquisition digitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *